Application du masque

Pour que 2 stations puissent communiquer, la règle est la suivante :

  • Un ET logique entre l’adresse IP et le masque de sous réseaux doit donner le même résultat:
  • Exemple d’application du masque
                                                                                             Exemple d’application du masque

Représentation du masque avec un / (/24)

Il existe une autre manière de noter le masque. Il s’agit de compter le nombre de bits à 1 du masque et de noter ce chiffre à la fin de l’adresse :
Par exemple, le couple adresse et masque suivant :
–     192.168.1.13
–     255.255.255.0
S’écrira dans cette nouvelle notation :
–      192.168.1.13 / 24
Le chiffre 24 indique que 24 bits du masque sont à 1.

 

Note:

Cette notation est aujourd’hui très utilisée dans tous les équipements réseaux récents afin de simplifier l’écriture et rendre la configuration plus aisée.

le masque ?

            Le masque agit comme un séparateur entre le n° de réseau et le n° d’hôte. Le masque est également constitué de 4 octets et est souvent associé à l’adresse IP.
Tous les bits à 1 du masque permettent de définir chaque bit correspondant de l’adresse IP comme un bit faisant partie du n° de réseau. Par opposition, tous les bits à 0 du masque permettent de définir chaque bit correspondant de l’adresse IP comme un bit faisant partie du n° d’hôte.

                                                                                Exemple d’association entre adresse et masque

 

Le masque servant à faire la séparation en deux parties sur une adresse IP, il est donc indissociable de celle-ci. Une adresse seule ne voudra rien dire puisqu’on ne saura pas quelle est la partie réseau et quelle est la partie machine. De la même façon, un masque seul n’aura pas de valeur puisqu’on n’aura pas d’adresse sur laquelle l’appliquer. L’adresse IP et le masque sont donc liés l’un à l’autre, même si l’on peut choisir l’un indépendamment de l’autre.