Pourquoi une adresse IP alors qu’il existe déjà l’adresse MAC ?

Il est nécessaire de différencier les adresses de couche 2 et de couche 3, car l’adressage au niveau de chacune de ces couches n’a pas le même rôle :

  •  L’adressage MAC en couche 2 permet d’identifier les machines SUR UN MEME RESEAU.
  • L’adressage IP en couche 3 permet d’adresser les machines SUR DES RESEAUX DISTINCTS.

Peut-on alors utiliser pour ces deux couches une seule de ces deux adresses ?

La réponse est malheureusement non. Les adresses de couche 2 sont en rapport avec le matériel réseau utilisé (le protocole de couche 2 est géré au niveau de la carte connectée au réseau et non pas par le système d’exploitation comme les couches supérieures) il est donc difficile de modifier les adresses MAC qui sont censées être codées directement sur la carte réseau. Cela est notamment du au fait que chaque adresse MAC doit être unique sous peine de conflit matériel, et que cette adresse doit être accessible très tôt lors du boot d’une machine.

Les adresses de couche 3 quant à elles demandent une certaine souplesse d’utilisation car on ne connaît pas à priori l’adresse du réseau sur lequel une machine va se trouver. Il y a donc une incompatibilité d’utilisation d’une adresse de couche 2 pour une adresse de couche 3, et vice versa.

Enfin, les protocoles réseau évoluant au fil du temps, il est nécessaire que chaque couche soit indépendante des autres.

 

Le niveau paquet

Au-dessus du « niveau trame », figure le « niveau paquet ». Les données vont être fragmentées en petits éléments appelés des paquets. Ces paquets doivent être transportés sur d’autres réseaux, vers le bon point de destination et dans les meilleures conditions possibles.
La couche réseau du modèle OSI correspond au niveau paquet.
Le niveau paquet introduit la notion d’adressage logique. En effet, nous avons vu que les adresses physiques étaient utilisées uniquement sur un même réseau.
Sur les réseaux TCP/IP, l’adresse logique est nommée « adresse IP ». Elle sert d’identificateur et est indépendante de la couche matérielle.
Il existe actuellement 2 versions d’IP : IPv4 et IPv6. IPv4 est une ancienne version d’IP qui est utilisée sur la majorité des réseaux locaux. IPv6 a été conçu pour pallier au manque d’adresses disponibles sur le réseau Internet.
L’unité d’information la couche réseau est le paquet.

MAC  Vs IP

L’adressage MAC en couche 2 permet d’identifier les machines SUR UN MEME RESEAU.

L’adressage IP en couche 3 permet d’adresser les machines SUR DES RESEAUX DISTINCTS

Le niveau trame

Le niveau trame fait référence à la couche 2 du modèle OSI. Pour l’instant, nous ne parlons pas directement de TCP/IP qui n’intervient qu’à partir de la couche 3.

A ce niveau, les données sont transmises sous la forme de trames. Ces trames sont envoyées et reçues grâce à la présence d’une adresse physique. Cette adresse physique est utilisée pour mener à bien la transmission jusqu’au destinataire final.

Cette trame de compose de la manière suivante :

L’unité d’information de la couche liaison est la trame.

L’adresse physique:

L’adresse physique, à ne pas confondre avec l’adresse logique (Adresse IP) permet de gérer les communications au niveau local (Même segment réseau). Lors du passage d’un réseau à un autre, nous verrons que le niveau paquet utilise des adresses logiques et que les adresses physiques changent.

Ce qui signifie que le niveau trame assure des communications poste à poste localement (sur le même segment de réseau) et que ce sera le niveau paquet (Voir plus loin) qui permettra le dialogue avec des machines situées sur d’autres réseaux.

Chaque norme de réseau (Ethernet, ATM, FDDI, Token Ring) utilise son propre adressage physique. Nous allons donc voir comment ces différentes normes définissent l’adresse physique.

L’adresse MAC Ethernet:
L’adresse MAC (Media Access Control) est historiquement l’une des premières adresses physiques apparues avec les réseaux locaux.
En théorie, chaque interface réseau matérielle (carte réseau) possède une adresse MAC unique. Cette adresse est composée de 6 octets (48 bits) répartit de la manière suivante :

Chaque octet est représenté par un nombre hexadécimal variant de 00 à FF. Voici un exemple d’adresse
MAC :