le masque ?

            Le masque agit comme un séparateur entre le n° de réseau et le n° d’hôte. Le masque est également constitué de 4 octets et est souvent associé à l’adresse IP.
Tous les bits à 1 du masque permettent de définir chaque bit correspondant de l’adresse IP comme un bit faisant partie du n° de réseau. Par opposition, tous les bits à 0 du masque permettent de définir chaque bit correspondant de l’adresse IP comme un bit faisant partie du n° d’hôte.

                                                                                Exemple d’association entre adresse et masque

 

Le masque servant à faire la séparation en deux parties sur une adresse IP, il est donc indissociable de celle-ci. Une adresse seule ne voudra rien dire puisqu’on ne saura pas quelle est la partie réseau et quelle est la partie machine. De la même façon, un masque seul n’aura pas de valeur puisqu’on n’aura pas d’adresse sur laquelle l’appliquer. L’adresse IP et le masque sont donc liés l’un à l’autre, même si l’on peut choisir l’un indépendamment de l’autre.

Constitution d’une adresse IP

Constituée de 4 octets, elle est découpée en 2 parties :

  • Le numéro de réseau (netid)
  • Le numéro de l’hôte sur ce réseau (hostid)

La taille du netid dépend de la classe d’adresse IP utilisée. Il existe plusieurs classes d’adresses IP dédiées à des usages différents. Plus le numéro de réseau est grand et plus le nombre d’hôtes sur ce réseau sera petit.

 

Le numéro de réseau (netid) Le numéro de l’hôte sur ce réseau (hostid)

 

Pourquoi une adresse IP alors qu’il existe déjà l’adresse MAC ?

Il est nécessaire de différencier les adresses de couche 2 et de couche 3, car l’adressage au niveau de chacune de ces couches n’a pas le même rôle :

  •  L’adressage MAC en couche 2 permet d’identifier les machines SUR UN MEME RESEAU.
  • L’adressage IP en couche 3 permet d’adresser les machines SUR DES RESEAUX DISTINCTS.

Peut-on alors utiliser pour ces deux couches une seule de ces deux adresses ?

La réponse est malheureusement non. Les adresses de couche 2 sont en rapport avec le matériel réseau utilisé (le protocole de couche 2 est géré au niveau de la carte connectée au réseau et non pas par le système d’exploitation comme les couches supérieures) il est donc difficile de modifier les adresses MAC qui sont censées être codées directement sur la carte réseau. Cela est notamment du au fait que chaque adresse MAC doit être unique sous peine de conflit matériel, et que cette adresse doit être accessible très tôt lors du boot d’une machine.

Les adresses de couche 3 quant à elles demandent une certaine souplesse d’utilisation car on ne connaît pas à priori l’adresse du réseau sur lequel une machine va se trouver. Il y a donc une incompatibilité d’utilisation d’une adresse de couche 2 pour une adresse de couche 3, et vice versa.

Enfin, les protocoles réseau évoluant au fil du temps, il est nécessaire que chaque couche soit indépendante des autres.