La trame Ethernet

Il existe plusieurs types de trames Ethernet. Ces types dépendent du standard choisi. La société Xerox, à
l’origine de la norme Ethernet a mis au point une trame de type Ethernet I. La 2ème version fut appelée
Ethernet II. L’IEEE a normalisé la trame sous le nom 802.3. Pour résoudre les problèmes de compatibilité
ascendante, l’IEEE a créé la trame 802.2 SNAP.

Trame Ethernet II

Le « type de trame » précise si les données qui suivent correspondent à un trafic de type IP ou de type
ARP (Address Resolution Protocol) que nous verrons plus loin.

Dans l’exemple ci-dessous, la station 1 communique avec la station 2 :

  • La station 1 envoie donc une trame avec l’adresse MAC destination de la station 2
  • Lorsque la station 2 reçoit la trame, elle lit les données afin de les transmettre à la couche
    suivante (niveau paquet).
  • La station 2 connaissant l’adresse MAC de l’expéditeur peut donc devenir émetteur puisqu’elle connaît
    l’adresse de la station 1.

Le niveau trame

Le niveau trame fait référence à la couche 2 du modèle OSI. Pour l’instant, nous ne parlons pas directement de TCP/IP qui n’intervient qu’à partir de la couche 3.

A ce niveau, les données sont transmises sous la forme de trames. Ces trames sont envoyées et reçues grâce à la présence d’une adresse physique. Cette adresse physique est utilisée pour mener à bien la transmission jusqu’au destinataire final.

Cette trame de compose de la manière suivante :

L’unité d’information de la couche liaison est la trame.

L’adresse physique:

L’adresse physique, à ne pas confondre avec l’adresse logique (Adresse IP) permet de gérer les communications au niveau local (Même segment réseau). Lors du passage d’un réseau à un autre, nous verrons que le niveau paquet utilise des adresses logiques et que les adresses physiques changent.

Ce qui signifie que le niveau trame assure des communications poste à poste localement (sur le même segment de réseau) et que ce sera le niveau paquet (Voir plus loin) qui permettra le dialogue avec des machines situées sur d’autres réseaux.

Chaque norme de réseau (Ethernet, ATM, FDDI, Token Ring) utilise son propre adressage physique. Nous allons donc voir comment ces différentes normes définissent l’adresse physique.

L’adresse MAC Ethernet:
L’adresse MAC (Media Access Control) est historiquement l’une des premières adresses physiques apparues avec les réseaux locaux.
En théorie, chaque interface réseau matérielle (carte réseau) possède une adresse MAC unique. Cette adresse est composée de 6 octets (48 bits) répartit de la manière suivante :

Chaque octet est représenté par un nombre hexadécimal variant de 00 à FF. Voici un exemple d’adresse
MAC :